La guerre tranquille, Paul McAuley

Posted on 16 juin 2011

9



 « Tout le monde était persuadé de l’imminence d’une nouvelle guerre contre les Extros, partis il y a plus d’un siècle pour fonder leurs colonies sur les lunes de Jupiter et de Saturne. Il fallait mater les Extros avant qu’ils lancent une autre comète sur la Terre ou développent quelque manip posthumaine qui les rendrait invincibles. La guerre était inévitable… »
Macy Minnot va en faire les frais : ingénieur écologue envoyée en mission pacifique sur Callisto, elle voit son projet saboté et ses collègues assassinés. En revanche, Cash Baker, pilote de chasse, chauffe déjà les moteurs pour le combat dans l’espace. Tout comme Dave n° 8, agent créé en laboratoire pour infiltrer les rangs ennemis et y semer le chaos. Quant à sri Hong-Owen, sorcière génétique, elle n’a qu’une idée en tête : subtiliser les secrets de sa grande rivale extro…
Loin de la Terre, les batailles ne font pas de bruit et les destins qui se croisent sur la toile d’un conflit interplanétaire sont bien peu de chose. Pourtant, une fois les hostilités déclenchées, qui peut en prévoir l’issue ?

 

 

Auteur : Paul McAuley, Traducteur : Jean-Danièl Brèque
Edition : Bragelonne, Collection : Science-Fiction
Série : La guerre tranquille 1/2
Parution : 10/2010, Pages :528, Prix Indicatif : 25,00 €, ISBN :9782352944362
Titre Original : The Quiet War, Edition Originale : Octobre 2008 chez Gollancz

 

Présentation

Après vous avoir dit tout le bien que je pense de « Cowboy Angels« , me voici de retour comme promis avec l’ouvrage qui marque le retour de Paul McAuley au Space-Opera, son premier amour d’auteur. Le moins que l’on puisse dire c’est que pour son retour l’auteur a vu grand. Deux tomes de 500 pages formant un kaleidoscope complet d’un futur ou une partie de l’humanité à quitté le cocon originel pour rejoindre les lunes de Jupiter et de Saturne. Face à ce conglomérat de cités états vivant sous d’immenses bulles à la surface de satellites inhospitaliers, exploitants toutes les ressources à leur disposition et ou la démocratie directe semble de mise, se dresse la Terre. Mais une Terre ravagée par les guerres, la surpopulation et les catastrophes écologiques. Une Terre en pleine reconstruction, sous la houlette de puissantes familles corporatistes et étatistes ayant pris la direction de grands blocs d’antan comme l’Europe, le Pacifique ou le Grand Brésil. Une Terre placée sous une dictature écologique qui craint plus que tout la montée en puissance des colonies extros et leurs visées génétiques post-humaniste. Dès lors entre ces deux puissances, la guerre semble inévitable.

Des deux côtés les colombes et les faucons vont tout faire pour tenter d’influencer l’échiquier politique. Mais lorsque l’on connait la nature véritable de l’homme et son goût immodéré pour les solutions radicales, il n’y a pas de faux espoirs à entretenir. Alors, de pressions en complots, de manipulations en opérations clandestines, de propagande en faux semblants la guerre se profile, tranquille et inéluctable. Une guerre qui va voir s’affronter les puissantes forces armées Terrienne à des colons sans grande ressources, aux populations exposées, mais bien déterminés à défendre leurs idéaux et une certaine conception de la civilisation.

Les quatre personnages principaux de ce récit, brièvement présenté dans le quatrième de couverture, vont nous permettre de suivre le fil de l’histoire sous différents angles. Pour autant ils sont à la fois acteurs et spectateurs des événements qui se déroulent sous nos yeux, tant ceux ci sont d’une envergure propre à les dépasser. Quatre points de vue qui permettent au lecteur d’appréhender différentes facettes de cette montée en tension, mais qui ne parviennent jamais à prendre le pas sur l’histoire. McAuley a choisit de dresser un panorama d’un système solaire complexe et détaillé ou les différentes cultures s’entrechoquent avec force. Cela donne un cadre fort au récit mais laisse ainsi peu de place aux personnages pour s’exprimer.

Fresque futuriste d’envergure, cette première moitié de l’oeuvre ravira les amateurs de décors grandioses, de cadres détaillés, d’intrigues politiques et économiques ainsi que les lecteurs peu rebuté par de petites pointes de science (biologie et génétique). Si les deux premiers tiers permettent à l’auteur de développer à loisir son propos, l’action ne se fait vraiment présente que sur le dernier tiers de l’ouvrage. Gageons que la seconde moitié de cette oeuvre nous apportera son lot de rebondissements, d’actions et de sensations fortes susceptible de hisser le tout à un niveau encore supérieur.

 

Petit extrait de la guerre tranquille

 

Le blog Science-Fiction de Marc,

Valunivers, BiblioMan(u),

L’affaire Herbefol,

Traquer Stellaire,

 

Publicités
Posted in: SF