World War Z, Max Brooks

Posted on 4 juin 2011

16


La guerre des zombies a eu lieu, et elle a failli éradiquer l’ensemble de l’humanité. L’auteur, en mission pour l’ONU – ou ce qu’il en reste – et poussé par l’urgence de préserver les témoignages directs des survivants de ces années apocalyptiques, a voyagé dans le monde entier pour les rencontrer, des cités en ruine qui jadis abritaient des millions d’âmes jusqu’aux coins les plus inhospitaliers de la planète. Jamais auparavant nous n’avions eu accès à un document de première main aussi saisissant sur la réalité de l’existence – de la survivance – humaine au cours de ces années maudites. Prendre connaissance de ces comptes rendus parfois à la limite du supportable demandera un certain courage au lecteur. Mais l’effort en vaut la peine, car rien ne dit que la Ze Guerre mondiale sera la dernière.


Auteur : Max Brooks, Traducteur : Patrick Imbert
Edition : Le Livre de Poche, Collection : Fantastique
Parution : 11/2010, Pages : 544, Prix Indicatif : 07,50 €, ISBN : 9782253129905
Titre Original : World War Z, Edition Originale : 09/2006, Chez Three Rivers Press

 

 

Présentation

Voici une chronique qui a tardé. Lu il y a quelques mois, je me décide seulement à en parler, alors que toute la blogosphère (ou presque) s’est déjà largement épanchée sur le sujet, comme vous le verrez avec les liens mis à disposition à la fin de ce billet. « Zack le zombie » (et toute sa petite famille) s’est donc abattu sur le monde comme la misère. D’une épidémie non maitrisée en Chine, à une propagation mondiale rapide, il a bien vite sonné la fin de la civilisation telle que nous la connaissons. Plongeant le monde dans le chaos et la guerre totale, faisant passé de peu l’humanité au bord de l’extinction. Le dossier qui nous est donné à lire ici regroupe les témoignages d’une multitude de survivants aux quatre coins de la planète. Ils ont tous vécus des expériences différentes, qu’il s’agisse d’exodes, de combats, de survie, de massacres et j’en passe.

Tout au long de l’ouvrage, les témoignages s’amoncellent et soulèvent différents points de cette Zème guerre mondiale sur tous les continents. On y abordera donc les années noires sous des aspects très variés, découvrant ainsi petit à petit les pièces du puzzle qui nous permettent au final d’avoir une vue fragmentaire mais assez générale des événements. L’auteur traite ainsi de manière aussi exhaustive que possible les points politiques, militaires, sanitaires, sociaux, économiques, religieux… que soulève ce déferlement mondial de chair putréfiée en mouvement. Quelques clichés nationaux et quelques belles descriptions d’un apocalypse généralisé plus tard, il est l’heure après 544 pages de faire le bilan.

World War Z est un bon moment de détente. Porté à bout de bras par le patchwork géant qu’il présente. Les très nombreuses facettes d’une invasion de Zombie dans un monde absolument pas préparé pour y faire face font merveille. Ici pas de personnages à suivre, pas d’intrigues rebondissantes qui tiennent en haleine ni de fin à suspens, mais une vision kaléidoscopique d’un apocalypse à peine terminé. L’exercice est bien mené et très plaisant à suivre, même si à la longue le procédé peut lassé.  L’ouvrage aurait sans doute gagné à faire l’impasse sur 100 ou 150 pages, pour laissé de côté les témoignages les moins prenants ou surprenants. Un traitement différent de la menace Zombie qui ravira les amateurs du genre et pourra parfaitement plaire aux autres.

 

Extrait de « World War Z »

 

  Vert, Cachou, Les camarades de Livraddict,

Imagine…erre, BiblioMan(u), Hugin & Munin,

Les lectures d’Efelle, Chez Iluze, Mes lectures tout genre,

Quoi de neuf sur ma pile ?, Naufragés volontaires,

Fantasy au petit-déjeuner, Elycorp, La vie page à page,

 

Publicités
Posted in: Fantastique