La forteresse noire, Paul F. Wilson

Posted on 31 mai 2011

6


« Quelque chose tue mes hommes. »

Tel est le message d’un officier allemand dont l’escadron est stationné dans un donjon perdu dans les brumes de Transylvanie. Le capitaine Woermann y voit ses hommes périr les uns après les autres dans des conditions atroces.Une escouade SS est envoyée en renfort mais découvre, à son arrivée, une situation terrifiante. Invisible et silencieux, l’ennemi fait une victime par nuit, laissant un corps mutilé et vidé de son sang. Une créature a surgi des ténèbres pour frapper avec une sauvagerie inimaginable des soldats peut-être un peu trop cupides. En proie à la panique, les nazis font alors appel à un spécialiste des légendes locales pour élucider ce mystère et mettre fin au massacre : un vieil érudit juif, féru de démonologie…


Auteur : Paul F. Wilson, Traducteur : Anne-Claire Payet
Edition : Milady, Collection : Terreur
Série : The Adversary 1
Parution : 05/2009, Pages : 320, Prix Indicatif : 07,00 €, ISBN : 9782811201258
Titre Original : The Keep, Edition Originale : 08/1981, Chez William Morrow

 

 

Présentation

1941. Alors que l’Allemagne Hitlérienne prépare l’opération  »Barbarossa » (l’invasion de la Russie), un col perdu de Transylvanie devient vite un intérêt stratégique majeur. Menant directement aux champs pétrolifères de Ploesti, il est surplomber par une vieille construction médiévale. Occupée par les forces Allemandes qui souhaitent y maintenir une garnison permanente, une tour fortifiée va être l’intérêt de tous les enjeux. Mêlant un cadre historique des plus sombre à un cadre géographique bien connu des amateurs de romans fantastiques, cette relecture du thème vampirique repose sur quelques affrontements de nature et d’idéaux.

Celui tout d’abord qui va opposer deux vieilles connaissances. Le capitaine Woermann de la Wehrmacht, officier désabusé par la guerre et par son pays, et le major Kaempffer de la Wafen SS jeune loup du National Socialisme. Si le premier, en proie au mal qui semble émerger de la forteresse n’a qu’une envie, celle de quitter ces lieux, le second ne s’y trouve que pour faire ses preuves avant de rejoindre sa prochaine affectation. Celle qui le conduira à constituer le premier camp de la mort de Roumanie. Opposition ensuite ses deux officiers allemand au spécialiste qu’ils ont fait mander en ces lieux pour tenter d’en résoudre le mystère : le Dr Cusa et sa fille unique Magda, deux juifs Roumains. Celle enfin qui va voir s’affronter les esprits cartésiens et les tenants d’une solution rationnelle aux croyances anciennes et aux légendes populaires Roumaines.

Bien mené et rythmé, ce thriller fantastique tient en haleine tout du long. Les codes classiques du genre sont ici détournés à dessein. L’auteur en joue à loisir, tout en leurrant le lecteur. Quelques hommages appuyés à certains autres auteurs de Fantastique sont disséminés ici et là par endroit, je vous laisse le plaisir de les découvrir à votre tour. L’atmosphère générale comme l’on s’en doute, de par le contexte historique et les personnages, se révèle vite lourde et poisseuse. La tension monte au fur et à mesure des révélations alors que les personnages entrent dans un jeu mortel. Moins prenant que le  »Riverdream » de Martin, moins déstabilisant que  »Je suis une légende » de Matheson, il n’en reste pas moins chargé émotionnellement. Si la fin ne m’a pas séduit, et que je n’adhère pas aux postulats de l’auteur, cela ne devrait pas pour autant vous empêcher, tout comme moi, de passer un bon moment de divertissement avec ce roman.

 

 

Extrait de « La forteresse noire »

 

 

Publicités
Posted in: Fantastique